Quelques peintures à l'huile

 

À la fin des années 80, je me suis mise à la peinture. Les idées ne manquaient pas mais la technique laissait fort à désirer. Il m'a donc fallu quelques années pour surmonter ce handicap, à force de persistance, de ténacité.
Beaucoup de mes tableaux ne sont plus en ma possession, mais il me reste quelques photos.

 

 

J'ai baptisé celui-ci Ma targuia et je l'ai peint pour ma mère. Il est construit de la même façon que L'homme des sables, son homologue masculin, dont le visage est complètement masqué.

 

Ce tableau a été réalisé à la suite d'un défi : revisiter cette affiche célèbre de Mucha à ma façon, me l'approprier. Finalement, j'ai modifié pas mal de détails, jusqu'au visage que j'ai légèrement allongé,  tout en gardant l'esprit.

Une fois finie, cette peinture a fait l'objet d'un troc et j'y ai gagné la très belle méridienne qui trône au milieu de ma pièce de vie. Si je ne suis pas vigilante, ma chienne Lilou me l'emprunte avec jubilation car elle est à sa taille.

Une dragonne observe avec attention ce petit esquif qui lui semble un jouet. On pourrait penser qu'elle va le gober... mais non, pas du tout ! C'est une gentille dragonne que j'ai peint pour les 18 ans de mon filleul Lucas qui lisait et lit toujours beaucoup de fantasy.

Mon chamane est toujours en bonne place dans ma pièce de vie. Aidé de mes deux chats, il protège ma maison des ondes négatives. Il n'est pas à vendre et ne le sera probablement jamais. C'est un de mes tableaux favoris.

Mon cousin , qui vit une expérience de vie alternative sur le mode nomade, l'a repris sur sa page "Bienvenue en Chamanie" ainsi qu'un autre tableau nommé Magie blanche.

Cette peinture a été réalisée pour illustrer un conte d'Henri Pourrat lors d'une exposition. Par la suite, elle a été publiée en noir & blanc dans la revue Gandahar n°1 pour rehausser ma nouvelle fantastique "Étoile et le Dragon Rouge". C'est également un tableau que j'aime beaucoup. Il ne me fait pas peur du tout.

Écrire commentaire

Commentaires : 0