Pour changer du Père Noël habituel

Un Noël autour du monde ? Un Noël sous d'autres latitudes ?

Eh bien, en ce qui me concerne, j'ai appris à aimer l'Islande grâce à mes lectures : Analdur Indridason notamment. Et donc, pour ma boutique "vertjespere" j'ai choisi le froid, le très froid, pour contraster avec tous les Noël sous les tropiques que ne va pas manquer de susciter ce "défi du mois".

 

En Islande, il n'y a pas un Père Noël, mais toute une famille de lutins, tous plus facétieux et gourmands les uns que les autres. Leurs parents sont la terrible ogresse Grýla et le paresseux Leppalúði qui préfère resté couché pendant que sa femme parcourt la lande pour attraper les enfants méchants qu'ils dévoreront ensuite. Le chat de cette singulière famille, Jólaköttur ou chat de Noël, n'est pas en reste. Aussi redoutable qu'Azraël, le chat de Gargamel, il capture ceux qui ne portent pas de vêtements neufs la nuit de Noël. C'est pourquoi, les enfants reçoivent en cadeau de nouveaux vêtements. Ces trois personnages ont terrorisé des générations entières d'enfants islandais.

 

Mais revenons à nos 13 lutins espiègles qui aiment bien jouer de vilains tours et commettre de menus larcins. Un par un, ils descendent en ville du 12 au 24 décembre puis repartent l'un après l'autre jusqu'au 6 janvier.

Stekkjastaur est le premier à faire le voyage. Le 12 décembre, il se glisse dans les bergeries et rend les moutons fous en essayant de téter le lait au pis des brebis.

Giljagaur arrive le 13 décembre et s'introduit dans les crèmeries pour voler le lait de vache.

Stúfur, qui se pointe le 14 décembre, gratte les fonds de casseroles pour en manger les restes.

Þvörusleikir se glisse dans les cuisines et nettoie consciencieusement les cuillères en bois qui ont servi à touiller.

Pottasleikir se pourlèche avec les casseroles et les marmites le 16 décembre.

Askasleikir est aussi un amateur de gamelles. Il se cache sous les lits le 17 décembre et lape tout récipient un brin rempli, voire même tout bol de nourriture déposé par terre pour le chien ou le chat.

Hurðaskellir fait un boucan d'enfer en claquant les portes et empêche les gens de dormir le 18 décembre.

Skyrgámur, qui descend de la montagne le 19 décembre, est un véritable glouton. Il aime tant le Skyr (fromage blanc) qu'il en mange à s'en faire éclater la panse.

Bjúgnakrækir adore les saucisses. Il engloutit toutes celles qu'il attrape le 20 décembre.

Gluggagægir est tellement curieux qu'il espionne par la fenêtre l'intérieur des maisons et il s'empare des jouets qu'il trouve jolis le 21 décembre.

Gáttaþefur, le lutin du 22 décembre, renifle sous les portes. Il adore l'odeur du pain et des gâteaux de Noël. S'ils sentent bons, il tentera d'en chiper un ou deux.

Ketkrókur est un crocheteur de viande. Le 23 décembre est le jour où on prépare le mouton fumé. Il essaie donc d'attraper des morceaux de viande par la cheminée à l'aide d'un crochet.

Kertasníkir, le dernier des lutins est un voleur de bougies. On dit aussi que c'est lui qui souffle toutes les bougies le soir du réveillon pour plonger la maison dans le noir pendant que les parents disposent les cadeaux sous l'arbre de Noël.

 

Les 13 lutins de Noël ne sont pas seulement farceurs. Ils déposent aussi des sucreries et des petits cadeaux dans les chaussures des enfants sages tandis que les méchants y trouvent une vieille patate. Les chaussures sont placées sur le rebord de la fenêtre 13 jours avant Noël et ces petits présents quotidiens permettent aux enfants de patienter jusqu'aux véritables cadeaux de Noël. 

Écrire commentaire

Commentaires : 0