Quelques gravures sur bois

Réalisée sur du pin doré tout-à-fait ordinaire et rehaussée à la peinture à l'huile blanche.

La difficulté réside dans le geste d'adapter la pression à l'alternance des zones de bois dures et tendres.

Sur du pin toujours, mais de bien meilleure qualité. Les veines sont plus serrées et plus denses. La pointe rougie ne s'enfonce pas en brûlant tout. De ce fait, le rendu est beaucoup plus fin.

Sur du hêtre et rehaussée ensuite à la peinture à l'huile. La photo n'est pas très nette, dommage ! car l'effet est très beau.

Sur de l'orme, un bois devenu rare, j'ai utilisé les nœuds existants pour les intégrer à la structure de l'arbre. On peut voir le visage de l'arbre légèrement plus haut et à droite du visage de la fée.

 

Pour réaliser cette gravure, je me suis inspirée d'une illustration d'Olivier Ledroit que j'ai extrapolée vers le haut et vers le bas.

Elle figure en couverture d'un livre de Jean Marc Ligny que j'ai beaucoup aimé (Denoël, Présence du futur). Ce livre s'appelle La mort peut danser et il rend hommage à un groupe de Rock des années 80-90 nommé Dead can dance qui développait une atmosphère incantatoire, sombre et magique. J'ai également beaucoup aimé ce groupe à l'époque. Ce livre de JM Ligny met le groupe en scène et développe une intrigue autour de l'ambiance musicale qu'il dégage.

À mon tour, avec cette gravure, je rends hommage à l'illustrateur, au groupe et à l'auteur.

 

Comme quoi, les artistes n'en finiront jamais de s'inspirer les uns les autres... 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0