Crossing, le jeune et fougueux cheval de ma voisine, CatMoon le Maine Coon, Lili et Lulu les perroquets amoureux

Contrairement à ce qu'on imagine, il est plus difficile de faire le portrait d'un animal que celui d'un être humain.

En effet, nous les connaissons bien nos animaux de compagnie et nous savons pertinemment qu'il n'ont, de l'un à l'autre,  ni le même caractère ni le même "visage". 

Seulement, ils ne sont pas faits comme nous... Voilà pourquoi, en cette journée d'anniversaire, continûment distraite par les gentils messages de mes amis, il m'a été si laborieux (à mon goût) de terminer le portrait de ce magnifique cheval à la robe baie cerise, en essayant de faire ressortir son caractère libre et taquin.

 

Je ne m'aviserai plus de faire le portrait de mes petits compagnons de vie car telle que je me connais, il y aura toujours un truc qui cloche (j'ai déjà essayé bien sûr !). Et puis jamais une image ne les remplacera quand ils ne seront plus là. Alors comme j'aime dessiner les animaux, surtout les chevaux et les chats, j'ai décidé en ce jour spécial de dédier ces deux là à tous mes amis qui m'ont souhaité mon anniversaire sur Facebook, en message privé, texto ou même message audio.

C'est une excellente journée, je vous le confirme. Merci à vous :-)

Les perroquets sont surtout connus pour leur faculté d'imitation de la voix humaine, très développée chez certains d'entre eux. C'est l'une des raisons qui expliquent leur adoption depuis des siècles comme animal de compagnie. Ce succès a eu des conséquences désastreuses pour de nombreux psittacidés qui sont devenus rares à l'état sauvage. Ces espèces désormais protégées sont encore victimes de captures illégales ou de trafics d'œufs, malgré les campagnes d'information diffusées en Europe. Alors ces deux-là, magnifiques, colorés et amoureux sont très bien en liberté dans leur forêt.

0 commentaires

Croismare - La Vezouze, l'église St Léger, la verrerie d'Art Muller Frères

Voici des lustres que mon père m'a demandé une peinture de son village. Il voudrait y voir la rivière qui nous rappelle de nombreuses baignades d'enfance et le clocher de son église.

Pas facile de trouver l'angle d'attaque.

Le village de Croismare, un tout petit village lorrain de rien du tout, a tout de même été le berceau de fabrication de nombreuses pièces d'art Muller Frères, aussi réputés à l'heure actuelle que Lalique, Gallé ou Daum. Il reste encore de belles lampes ou de beaux vases dans les familles, y-compris dans la mienne.

 

Les deux bâtiments principaux de la verrerie ayant disparu, il me fallait trouver des photos ou cartes postales représentant la fabrique à l'époque. Or, à mon étonnement, je me suis aperçue qu'il n'y avait quasiment rien ! Je me suis donc débrouillée avec les rares documents que j'ai trouvés sur internet et le livre de Benoît Tallot Les Frères Muller Maîtres verriers à Lunéville, publié aux Éditions Serpenoise.

J'ai eu la chance de dégoter un dessin, assez lugubre, mais vu les circonstances..., d'un soldat dont la compagnie passa dans les environs de Croismare en novembre 1914. De ce dessin au trait, j'ai tiré la mise en place de mon sujet que j'ai essayé de rendre un peu plus vivant, même si je reconnais que le dessin d'origine a une grande force d'expression dans son dénuement. J'ai également corrigé les approximations en me référant aux plans contenus dans le livre de Benoît Tallot. L'église, par exemple, n'est pas tournée dans le bon sens.

 

Voici donc ce dessin qui n'a d'intérêt, je pense, que pour les habitants du village. L'endroit où se situe l'observateur est très inhabituel car il n'y a aucun chemin pour s'y rendre. C'est vraiment du plein champ.

Extrait du journal d'un soldat en campagne aux alentours de Croismare pendant la guerre de 14-18

À noter qu'à cette époque, la verrerie s'appelait encore Gobelèterie Hinzelin et produisait de fort beaux verres soufflés à la bouche et gravés dont j'ai, ma foi, cassé quelques-uns dans ma jeunesse, à tel point qu'il me reste dans ma famille le sobriquet de "Briseuse de verres".

La taillerie de la gobelèterie Hinzelin, carte postale de 1906

J'ai d'ailleurs un petit secret : ma collection personnelle de bouchons de flacons à parfum, déterrée en jouant à proximité des cités de la fabrique.

Au début de leur aventure (à partir de 1895), les frères Muller (Henri suivi de Désiré) s'installent dans un atelier de Lunéville et travaillent sur du verre qui leur est fourni par la verrerie de Croismare. Ils signent leurs œuvres par l'initiale de leur prénom suivie de Croismare près Nancy. La signature est gravée à la pointe ou à chaud avec un tampon. Ces premiers "Muller" sont très rares et très recherchés ! Ce sont en général des décors floraux gravés à l'acide et/ou à la molette sur du verre multicouche.

 

Formés à Bitche, Henri et Camille Muller quittent la ville après l’annexion de l’Alsace-Lorraine en 1870 et travaillent à Nancy chez Gallé. Leurs frères Pierre, Désiré, Victor et Eugène font leur apprentissage dans la manufacture nancéenne et y acquièrent toutes les techniques verrières. Puis les six frères lancent leur propre production vers 1900 soufflant le verre à Croismare et le décorant à Lunéville. La fabrique rencontre le succès grâce à la complémentarité de la fratrie. De 1905 à 1908, Désiré et Eugène travaillent en Belgique à la cristallerie de Val-Saint-Lambert.

Les créations des frères Muller sont très marquées par le style de Gallé et l’école de Nancy dont ils reprennent l’inspiration naturaliste : oiseaux, papillons, chauves-souris côtoient iris, ombellifères et glycines. Leur technique est celle de la superposition des couches de verres qui sont ensuite gravées à l’acide ou à la roue et permettent de nombreux effets décoratifs. Avant la guerre de 1914, les créations portent généralement la signature de « Muller Croismare ». La mention de Lunéville n’apparaît qu’après.

Rare et imposant vase en pâte de verre gravée époque Art Déco vers 1920 signé en camée Muller Frères Lunéville situé dans le décor.

Épreuve en verre multicouche (triple épaisseur) à décor gravé à l'acide et repris à la roue figurant des Anémones de couleurs mauve violine et rouge lie de vin à feuillages brun sur un fond satiné nuagé à riches couleurs simulant un paysage d'esprit impressionniste. Travail d'une grande finesse à décor toutes faces.

Il mesure 27 cm de haut X 27 cm de diamètre X 85 cm de circonférence.

0 commentaires

Aquarelles du jour : la nature toujours

Ces jours-ci, je teste des papiers aquarelle en vue de faire un cadeau à mon père. Comme il a des goûts très précis, je vais tâcher de me surpasser et au bout du compte, je lui offrirai la meilleure. 

 

Là, je suis dans des formats 18 X 24 cm et je passerai bientôt à des formats 24 X 32.

 

Le choix des pinceaux et la qualité des pigments de l'aquarelle sont très importants pour obtenir un beau résultat, mais ce qui est primordial, c'est le papier. Et bien entendu, avant tout cela, c'est la maîtrise du dosage de l'eau, tout autant que la sûreté et la rapidité du geste.

0 commentaires

Petits oiseaux, 2e rassemblement

Ces neuf oiseaux, enfin huit puisque l'image centrale est celle d'un cornouiller en fleurs, seront bientôt rassemblés dans un cadre de 40 X 50 cm exactement de la façon dont vous les voyez ici. Cet ensemble m'a été commandé pour un cadeau de fête des pères.

On peut voir dans l'ordre : un guêpier carminé, une mésange bleue, une pie, un moineau, un rouge-gorge, un geai bleu, une mésange charbonnière et un chardonneret élégant.

Vous pouvez en voir d'autres, ainsi que des abeilles et papillons ici

0 commentaires

Des petits oiseaux pour le printemps

Mes cartes aquarelles miniatures en l'honneur du printemps qui pointe son nez

Nous sommes en mars. 

Février a vu, comme souvent, une période ensoleillée et printanière. Les oiseaux se sont réveillés. Tous ces petits oiseaux dont on ne sait où ils se cachent l'hiver. Pendant dix jours en décembre, je n'en voyais plus un seul dans la mangeoire sur mon balcon, ni dans le village, ni même aux alentours. Au point que je m'inquiétais vraiment.

Un ami farceur m'a fait croire un moment qu'on avait éloigné tous les oiseaux avec des ondes pour tourner une préquelle au film d'Hitchcock " Les oiseaux". Sur le moment, j'étais très en colère qu'on puisse faire des trucs pareils, les hommes en sont capables ! 

Mais fort heureusement, les petits oiseaux sont de retour et leurs gazouillis enchantent à nouveau nos oreilles.

 

Ces cartes sont en vente dans ma boutique Vertjespere.

0 commentaires

Aquarelles d'hiver et cartes pour la St Valentin

2 commentaires

Pour changer du Père Noël habituel

Un Noël autour du monde ? Un Noël sous d'autres latitudes ?

Eh bien, en ce qui me concerne, j'ai appris à aimer l'Islande grâce à mes lectures : Analdur Indridason notamment. Et donc, pour ma boutique "vertjespere" j'ai choisi le froid, le très froid, pour contraster avec tous les Noël sous les tropiques que ne va pas manquer de susciter ce "défi du mois".

 

En Islande, il n'y a pas un Père Noël, mais toute une famille de lutins, tous plus facétieux et gourmands les uns que les autres. Leurs parents sont la terrible ogresse Grýla et le paresseux Leppalúði qui préfère resté couché pendant que sa femme parcourt la lande pour attraper les enfants méchants qu'ils dévoreront ensuite. Le chat de cette singulière famille, Jólaköttur ou chat de Noël, n'est pas en reste. Aussi redoutable qu'Azraël, le chat de Gargamel, il capture ceux qui ne portent pas de vêtements neufs la nuit de Noël. C'est pourquoi, les enfants reçoivent en cadeau de nouveaux vêtements. Ces trois personnages ont terrorisé des générations entières d'enfants islandais.

 

Mais revenons à nos 13 lutins espiègles qui aiment bien jouer de vilains tours et commettre de menus larcins. Un par un, ils descendent en ville du 12 au 24 décembre puis repartent l'un après l'autre jusqu'au 6 janvier.

Stekkjastaur est le premier à faire le voyage. Le 12 décembre, il se glisse dans les bergeries et rend les moutons fous en essayant de téter le lait au pis des brebis.

Giljagaur arrive le 13 décembre et s'introduit dans les crèmeries pour voler le lait de vache.

Stúfur, qui se pointe le 14 décembre, gratte les fonds de casseroles pour en manger les restes.

Þvörusleikir se glisse dans les cuisines et nettoie consciencieusement les cuillères en bois qui ont servi à touiller.

Pottasleikir se pourlèche avec les casseroles et les marmites le 16 décembre.

Askasleikir est aussi un amateur de gamelles. Il se cache sous les lits le 17 décembre et lape tout récipient un brin rempli, voire même tout bol de nourriture déposé par terre pour le chien ou le chat.

Hurðaskellir fait un boucan d'enfer en claquant les portes et empêche les gens de dormir le 18 décembre.

Skyrgámur, qui descend de la montagne le 19 décembre, est un véritable glouton. Il aime tant le Skyr (fromage blanc) qu'il en mange à s'en faire éclater la panse.

Bjúgnakrækir adore les saucisses. Il engloutit toutes celles qu'il attrape le 20 décembre.

Gluggagægir est tellement curieux qu'il espionne par la fenêtre l'intérieur des maisons et il s'empare des jouets qu'il trouve jolis le 21 décembre.

Gáttaþefur, le lutin du 22 décembre, renifle sous les portes. Il adore l'odeur du pain et des gâteaux de Noël. S'ils sentent bons, il tentera d'en chiper un ou deux.

Ketkrókur est un crocheteur de viande. Le 23 décembre est le jour où on prépare le mouton fumé. Il essaie donc d'attraper des morceaux de viande par la cheminée à l'aide d'un crochet.

Kertasníkir, le dernier des lutins est un voleur de bougies. On dit aussi que c'est lui qui souffle toutes les bougies le soir du réveillon pour plonger la maison dans le noir pendant que les parents disposent les cadeaux sous l'arbre de Noël.

 

Les 13 lutins de Noël ne sont pas seulement farceurs. Ils déposent aussi des sucreries et des petits cadeaux dans les chaussures des enfants sages tandis que les méchants y trouvent une vieille patate. Les chaussures sont placées sur le rebord de la fenêtre 13 jours avant Noël et ces petits présents quotidiens permettent aux enfants de patienter jusqu'aux véritables cadeaux de Noël. 

0 commentaires

Mes cartes de vœux vintage peintes à la main

Ce sont des miniatures d'aquarelles format 14,8 X 10,5 cm qui s'inspirent de cartes postales anciennes. La plupart d'entre elles sont personnalisables, j'y ajoute le message choisi dans l'espace réservé.

Il faut savoir que la réalisation d'une miniature prend 1 h 30 à 2 h et que pour les plus petits détails comme les traits d'un visage, je suis parfois obligée d'utiliser une loupe. J'en ajouterai d'autres au cours du mois de décembre, car j'ai beaucoup de goût pour l'aquarelle et la miniature.

 

On les trouve dans ma boutique Vertjespere. Certaines d'entre elles sont disponibles en tirage limité avec la mention "Bonnes fêtes".

0 commentaires

Aquarelles du jour

Au détour du chemin, l'automne !

Ombres et lumières

Au bord de la rivière, tout a changé

Promenade du soir au bord de l'étang

Presque toutes les feuilles sont tombées

Tout seul devant la beauté de la nature

0 commentaires