· 

la planète des poupées - Christine Renard

Une mission scientifique se rend sur Margaretta, planète d'Alpha du Centaure, afin d’observer l’évolution de la colonie implantée sur son sol depuis près de trois siècles.

 

Originaires de la Terre, les colons y ont développé des normes sociales nouvelles, dont certaines échappent complètement à l’entendement. L’une d’entre elles, et non des moindres, se retrouve bientôt au cœur de l’intrigue : des statues de fraîches et pimpantes jeunes filles sont enchaînées aux habitations, et elles ne peuvent en être détachées qu’avec l’accord, et la clé, des propriétaires. Pourquoi sont-elles là ? À quoi servent-elles ?

« Un jour, nous saurions ce que tout cela voulait dire, un jour, les Margarettiens nous accepteraient, nous expliqueraient les mystères de leur planète : les jeunes statues enchaînées, les femmes enfermées dans les maisons, l'obsession du travail, et ils nous feraient pénétrer dans leurs maisons dissimulées dans la verdure. »

 

Dans cette société de type moyenâgeux qui fait la part belle à l’artisanat, les femmes sont dévouées aux travaux ménagers et aux enfants ; elles ne sortent que le jour du marché ; c’est donc à cette occasion que la narratrice, psychologue de la mission, trouvera le moyen de pénétrer dans leur intimité grâce à ses talents de tricoteuse. Elle se lie d’amitié avec Amande et Vanille Norman-Clair, deux jeunes femmes démunies et sans famille. Mais lorsque Valentin, le sociologue de l’expédition, s’entiche de Vanille et ne respecte pas les codes de comportement en vigueur sur Margaretta, une cascade de catastrophes va s’ensuivre, accompagnée de morts suspectes. Contrainte à mener l’enquête, la narratrice devra affronter la force occulte qui tient sous son joug toute la colonie.

 

Servi par un suspense subtilement entretenu, sublimé par le contexte psychologique et sociologique de la société margarettienne que Christine Renard, psychologue, a eu le génie de ne dévoiler que très progressivement, ce roman, qui semble nous présenter, de prime abord, un peuple retourné quelques siècles en arrière, se révèle en fait beaucoup plus original et complexe. L’auteure ne se cantonne pas à une simple observation détaillée de cette complexité, mais elle la fait évoluer grâce aux interactions de personnages imprégnés d’un schéma sociétal différent : le grain de sable qui détraque la machine, aussi bien huilée soit-elle. Et dans une société, le grain de sable, c’est lui le déclencheur de la révolution !

 

Écrit en 1972, La planète des poupées eut la malchance d’être publié aux éditions Galliera qui firent faillite quasiment dès sa sortie. Mal ou guère distribué, il n’a pas obtenu l’audience qu’il méritait. Il était temps de le tirer de l’oubli. Les éditions GandahaR viennent de le rééditer dans leur jeune collection Patrimoine de l’Imaginaire sous le titre la planète aux statues : site www.gandahar.net.

CB

 

chronique parue dans Gandahar 14

Les riches heures de Lunatique

en septembre 2018

Écrire commentaire

Commentaires: 0